Communication non violente: l'art d'améliorer les relations


La communication non violente consiste à vous exprimer sincèrement et clairement, avec respect et empathie à vos yeux. (Marshall Rosenberg)

Trop souvent, avec des collègues de travail ou avec des membres de la famille, de simples dialogues deviennent des conflits.

Cependant, ces désaccords résultent souvent d'un simple problème de communication.

Pouvons-nous résoudre ces difficultés avant qu'elles ne surviennent?

Ce sont les types de petits miracles que la communication non violente vous aidera à réaliser.

Source: https://www.flickr.com/photos/angeloangelo/8599856993

Une façon plus saine de communiquer.

La communication non violente, ou CNV, a été développée dans les années 1970 par Marshall B. Rosenberg, docteur en psychologie clinique à l'Université du Wisconsin.

La NVC s'inspire également des travaux des psychologues Carl Rogers et Abraham Maslow, ainsi que de l'ahimsâ («pas de nuisance»), concept religieux qui renvoie notamment au mouvement de non-violence présenté par le Mahatma Gandhi.

Selon Marshall Rosenberg, la communication non violente favorise «une qualité de relations qui répond aux besoins des autres en étant motivée uniquement par le rythme cardiaque et la joie de le faire».

La communication n'est donc plus un acte banal, mais un moyen privilégié de construire des relations respectueuses et durables avec notre prochain.

Valeur d'ouverture et respect des différences.

La communication non violente consiste à s'ouvrir d'abord, à essayer de communiquer de manière réelle et authentique et à respecter profondément les autres.

Pour l'utiliser, nous devons d'abord essayer de transmettre un message aussi clairement et de manière constructive que possible, et non pour gagner une guerre de fierté.

La communication peut aider à transmettre un message plus difficile et émotionnellement plus exigeant, et aider à clarifier les relations.

Michel Fize, sociologue du CNRS en France et auteur de nombreux ouvrages, s'intéresse au CNV depuis plusieurs années.

Selon lui, tout échange entre deux personnes ou plus risque de mettre en évidence les différences.

Cependant, c'est souvent la perception de ces différences qui donne lieu à la violence.

"Pour communiquer de façon non violente, nous devons d'abord valoriser l'amour et le respect des autres.

Nous pouvons accepter l'autre dans tout ce qui est, même s'il est singulièrement différent de ce que nous sommes ", a-t-il déclaré.

"La non-violence dans la communication doit être un souhait.

Il vous permet d'accepter de ne pas être d'accord avec l'autre sans imposer notre volonté; c'est rejeter la domination même si l'autre résiste à qui nous sommes », ajoute-t-il.

La communication fait partie de la dynamique de la démocratie elle-même, c'est-à-dire du dialogue et de la capacité de confronter les idées de manière pacifique et constructive. (Michel Fize)

NVC suppose que nous sommes sur un pied d'égalité lorsque nous formulons des mots et des pensées, car la violence devient souvent la «solution» lorsque nous ne pouvons pas discuter.

Et si la violence est la force des faibles, elle ne permet surtout pas vraiment de communiquer quoi que ce soit, à part l'animosité, et ne provoque que des conflits.

C'est pourquoi, selon Michel Fize, il faut d'abord prendre le temps de rencontrer les autres pour les comprendre: "Ce n'est que lorsque nous comprenons toutes les richesses des autres que nous pouvons nous attendre à communiquer".

Il recommande également d'enseigner aux gens à échanger des idées et à discuter dès l'enfance.

Je suis totalement d'accord avec cette proposition.

Ce n'est pas parce qu'une autre personne n'est pas d'accord avec nos idées qui nous rejette personnellement, une confusion que nous faisons souvent au Québec …

D'où l'importance d'essayer de communiquer efficacement, mais aussi de prendre le temps d'écouter les autres.

Développez votre gentillesse

Prendre soin consiste à ressentir de la gentillesse et une ouverture envers les autres.

Cela va de pair avec l'empathie et aide à pacifier les relations.

NVC suppose qu'avant de communiquer, notre humeur est paisible et que nous voulons construire des relations saines.

Ensuite, au lieu de parler mécaniquement, sans vraiment prêter attention à l'autre, nous choisissons soigneusement les mots et le ton que nous utilisons, prenant conscience des besoins et des émotions que chacun éprouve.

NVC nous permet d'être vraiment attentifs les uns aux autres et à nous-mêmes dans les relations.

Les quatre étapes de la communication non violente.

NVC est divisé en quatre étapes. Chacune de ces étapes est très importante et complète les autres.

Prenez le temps de vous familiariser avec chacun et votre communication se transformera!

1. Observation

La première étape consiste à observer la situation de communication.

Elle peut se résumer comme suit: j'observe le comportement qui affecte mon bien-être.

Pour mieux comprendre, voici un exemple.

Imaginez qu'un agent du service client réponde à un client.

Ce dernier, qui a déjà une dette importante, demande à l'agent un prêt qu'il ne peut pas obtenir et, lorsqu'il est rejeté, devient agressif et frise le manque de respect …

L'assistant a répondu: "Vous pouvez me parler avec respect, tout comme moi, car je n'ai rien à voir avec ce qui vous arrive."

A ce stade, il faut être très prudent avec les messages non verbaux (soupirs, intonation des voix): le but est de rester proche de la réalité "objective" (des faits).

2. Sentiments

Dans cette deuxième étape de la NVC, vous questionnez votre état émotionnel lié à la situation et exprimez vos sentiments.

Je vais répéter mon exemple.

L'assistant ajoute: "Je me sens aussi en colère parce que je n'aime pas qu'on me réponde comme ça …"

Il est très important de commencer la phrase par "Je" pour assumer la responsabilité de ce qui se passe et le clarifier.

3. L'expression du (des) besoin (s)

La troisième étape consiste à identifier les besoins, les désirs et les valeurs qui ont suscité les sentiments, en vous ou chez votre interlocuteur.

Cette étape exprime également le désir de communiquer de manière non violente: "Nous ne pouvons pas éliminer leur situation désagréable, mais parler avec respect nous faciliterait la vie." "

Écoutez vos besoins et ceux des autres personnes à l'origine du problème.

L'écoute et l'empathie aideront à empêcher les émotions négatives d'intensifier la situation.

4. La demande

La quatrième et dernière étape de la communication non violente consiste à demander à l'autre de contribuer au bien-être mutuel dans la relation.

Renforce le "pacte NVC".

Pour conclure avec mon exemple, l'agent du service client dirait: "Si vous êtes d'accord, nous parlerons avec respect à l'avenir.

Cela évitera de créer une situation encore plus désagréable pour vous, je le sais très bien. "

NVC selon le contexte

Je me rends compte que mon exemple est assez froid: le service client ne représente pas la richesse des relations les plus importantes que nous entretenons avec les autres.

Par conséquent, NVC prendra des visages différents, et il faut beaucoup de pratique pour utiliser l'effacement.

Et pourtant, la personne à qui nous parlons doit avoir un minimum d'ouverture.

Parce que même si vous utilisez le meilleur outil, si vous le faites "à l'antenne", vous n'obtiendrez pas de résultats.

Vous ne pouvez pas apprendre à une souris à chanter de l'opéra.

Par conséquent, le discernement est requis …

Voici un autre exercice pour bien communiquer avec les autres.

Voici une liste de situations dans lesquelles une personne peut bien communiquer avec les autres ou, inversement, très mal communiquer et favoriser les conflits.

Pour chacune de ces situations, réfléchissez à ce qu'une personne ferait si elle communiquait bien en utilisant la NVC.

1. D'autres répètent souvent à Marie qu'elle a certains échecs dans lesquels elle aurait avantage à travailler. Quand les gens font des critiques constructives, elle ne peut s'empêcher de sentir que d'autres l'attaquent. Mais Marie valorise également l'amélioration personnelle.

  • Que fait Marie pour améliorer sa communication et ses relations avec les autres?

2. Eric est naturellement «rationnel». Chaque fois que d'autres lui parlent de ses problèmes et de ses émotions, il ne fait que les conseiller. Les autres sentent qu'Eric ne les écoute pas vraiment.

  • Que fait Éric pour améliorer sa communication et ses relations avec les autres?

3. Francine est une femme introvertie. Il n'aime pas les discussions, parle peu, donne à peine son opinion et, surtout, a peur des conflits. Elle se sent souvent frustrée de ne plus exprimer qui elle est et les autres ne semblent pas trop se soucier d'elle-même et ne comprennent souvent pas ce qu'elle veut dire.

  • Que peut faire Francine pour améliorer sa communication et ses relations avec les autres?
  • Quelles seront les pensées et les réactions de Francine si elle maintient son statu quo?

Si vous avez aimé cet article, sachez qu'il est tiré de mon livre Posez-vous les bonnes questions. Vous pouvez l'obtenir dans la version ebook pour le lire dans son intégralité.

Deux excellentes suggestions de lecture pour aller plus loin

Vous considérez-vous capable de communiquer avec les autres en leur montrant du respect?

Avez-vous généralement des conflits?

Utilisez-vous déjà NVC ou envisagez-vous d'essayer de l'utiliser?

J'espère le lire et répondre dans les commentaires!

<! –

->