Entretien avec Jacques Languirand. Spiritualité pour enrichir votre vie


La vie n'est pas un château de sable. (Jacques Languirand)

Jacques Languirand est un grand communicateur qui a marqué les chemins de la pensée peu parcourus depuis plus d'un demi-siècle.

Bien connu tout au long du spectacle 4 voies qui a accueilli la Première Chaîne de Radio-Canada de 1971 à 2014, la recherche de sens et d'engagement social caractérise son travail.

Jacques Languirand et Jean Proulx, livre The Cosmic God. A la recherche du dieu d'Einstein

Je l'ai interviewé quand il a publié avec le théologien et philosophe Jean Proulx un livre intitulé Le dieu cosmique ce qui suggère des moyens de mieux comprendre la spiritualité de philosophes et d'érudits comme Einstein.

Nicolas: Comment le thème a été développé dans le Dieu cosmique Est-ce lié à la quête spirituelle que vous poursuivez depuis des décennies?

Jacques Languirand: J'ai toujours été très respectueux des religions sans y adhérer. J'ai découvert que les érudits et les philosophes pouvaient fournir une perspective différente, profonde et rationnelle sur le sujet.

Einstein a donc été l'occasion de découvrir une «religiosité cosmique», c'est-à-dire une croyance qui touche le plus petit dénominateur commun.

Ceux-ci incluent, par exemple, la fascination pour l'intelligence qui a façonné l'univers, le sentiment de solidarité avec nos semblables et la paix face à la mort qui nous fait tellement peur.

J'ai découvert que cette «religiosité cosmique» pouvait aider ceux qui s'étaient inquiétés de la religion, surtout à notre époque.

Nous pouvons trouver chez les scientifiques, des personnes généralement intelligentes et nuancées, une petite commande pour nous aider dans nos vies et éviter la destruction de l'environnement.

Par conséquent, quiconque s'engage dans une quête spirituelle peut être intéressé par cette façon de concevoir l'univers, celle des érudits qui croyaient en autre chose.

Nicolas: Au Québec, nous jetons le bébé avec l'eau du bain et éliminons une grande partie de notre spiritualité avec la religion catholique. Comment gagnons-nous à nous réconcilier avec la spiritualité?

Jacques Languirand: À mon avis, certaines des difficultés que nous connaissons aujourd'hui sont en partie dues à la perte de la vie spirituelle. Le suicide, la perte d'un sentiment de solidarité, une consommation excessive, une augmentation du stress et l'utilisation d'antidépresseurs sont des signes qui illustrent la perte de sens existant.

Il est possible, même si nous n'adhérons pas à une religion, de développer une spiritualité qui nous donne envie de vivre de manière équilibrée. Le sens est encourageant; Cela nous motive à explorer et à nous dépasser.

Les gens qui sont ouverts à l'absolu sont plus susceptibles de vivre heureux.

L'altruisme aide à améliorer les relations et l'équilibre personnel qui résulte de cette spiritualité réduit le stress, car nous donnons un sens à des valeurs plus personnelles et plus authentiques que la consommation.

Le but de notre livre était d'aider à clarifier cette réflexion spirituelle, à donner un sens à la vie, même si nous n'adhérons à aucune religion. C'est une spiritualité personnelle et globale: elle nous relie aux autres et à la nature dans laquelle nous vivons.

Nicolas: Pensez-vous que nous pouvons jamais vivre avec une éthique mondiale qui promeut la justice, l'égalité et la liberté pour tous?

Jacques Languirand: La religion cosmique présentée dans notre livre implique de nous poser des questions, ce qui contribue à développer un sens des responsabilités envers nous-mêmes et les autres.

Une telle vie spirituelle implique une réflexion morale, assumant notre responsabilité et agissant mieux socialement, car nous devons connaître nos devoirs envers les autres et envers la nature.

Il s'agit donc aussi d'intervenir dans le monde avec nos convictions, non pas pour convertir les autres, mais pour prendre la place morale qui nous appartient.

C'est à ce prix que l'être humain pourra un jour vivre avec une spiritualité dont le sens donnera toute son importance à la nature, à l'altruisme et à la justice.

Quand je juge une théorie, je me demande si, si c'était Dieu, j'aurais organisé le monde de cette façon. (Albert Einstein)

Pour aller plus loin:

<! –

->