la dissonance cognitive appliquée à l'identité


Cet article porte sur l’incohérence identitaire, un état qui peut donner profondément malheureux.

Le fait de mieux je comprendrai la manière dont cette incohérence se développe vous souhaitez améliorer les choses!

L’incohérence: la dissonance cognitive appliquée à l’identité - NicolasSarrasin.com

Il existe également de nombreuses situations qui se présentent lorsqu’une personne refuse d’être elle-même.

Plus de commentaires sur arrivons-nous là?

Comme nous l’avons vu dans les articles précédents, de nombreux écueils guettent notre identité: les distorsions cognitives, les déséquilibres et les conflits identitaires.

Dans cet article, nous allons examiner la manière dont les conflits identitaires s’intègrent à ce que nous sommes.

Il s’agit dans quelque sorte du point culminant des malheurs intimes qui nous guettent, et leur manifeste souvent sous la forme d’une crise de milieu de vie, ou crise de la quarantaine ou de la cinquantaine.

Cet article constitue une priorité si la partie dérivée de ce livre, la plus importante, car elle vous présente des stratégies pour vivre avec une identité équilibrée et authentique.

Je commenceai d’abord par tenter une Définition de l’incohérence.

L’Incohérence s’installer dans nous lorsque nous vivons sans cesse des conflits identitaires.

Lorsque nous constatons que certaines attitudes contredisent les valeurs que nous privilégions, nous ressentons un malaise.

Pour nous soulager, nous protégeons alors notre identité derrière les fausses justifications.

Par exemple, Brigitte n'aime pas son emploi, mais elle et reste depuis des années.

Elle sait qu'elle aimerait faire autre chose, mais ne peut se résoudre à quitter cette sécurité inconfortable.

Avec le temps, elle dira enfin «À quoi bon… Je ne saurais rien faire d'autre de toute manière. »

Le temps et les distorsions cognitives ayant fait leur œuvre, aujourd’hui Brigitte est fermement convaincue qu’elle ne peut rien faire pour améliorer sa situation et elle est toujours malheureuse à son travail…

À travers ce processus destructeur, nous manipulons notre vision du monde pour faire diminuer le malaise qui sinsinue en nous.

Mais avec le temps, nous finissons par croire que nous fausses justifications correspondent à la réalité! C’est que nous avons intégré les conflits à notre identité.

Un peu de dissonance cognitive …

Le processus psychologique que je viens de décrire ressemble beaucoup à ce que Leon Festinger a nommé "la dissonance cognitive".

La dissonance cognitive consiste en une conciliation des croyances ou des attitudes qui sont contradictoires pour sauvegarder notre cohérence.

Ainsi, au lieu d'éliminer les fausses conclusions qui causent les conflits, nous modifions leur signification.

Nous atténuons ainsi les oppositions de manière à faire faire coexister sans trop Nous nous sentons mal.

Par exemple, un fumeur qui sait est très bon que vous soyez prêt à verser la santé réduira sa consommation de tabac pour concilier la contradiction entre son comportement nuisible et son désir de rester en bonne santé.

Mais si ce fumeur fait de la dissonance cognitive, il trouve plutôt que des raisons pour justifier une mauvaise habitude.

Il mettra l’accent sud est plaisir de fumer, ce qui réduira la portée de la mise en garde selon laquelle le tabagisme est nocif.

De ce fait, il souffrira moins de l’incohérence de son comportement.

Malheureusement, même si elle semble rationnelle, cette manière de modifier le sens des choses n'est pas constructive.

Nous nous forgeons de fausses justifications simplement pour ne pas souffrir des contradictions qui sévissent en nous.

Certaines personnes ont même construit leur identité sur la justification de leurs lacunes et de leurs déséquilibres.

Dans leur cas, la dissonance cognitive ne touche pas seulement quelques attitudes isolées …

Nous tendons aussi à réduire l’écart entre l’opinion que nous avons de nous-mêmes et l’opinion que d’autres ont de nous.

Par exemple, nous vivons un conflit identitaire qui peut mener à la crise lorsque nous suivons aveuglément les valeurs sociales mais que vous êtes digne de correspondance.

Voici le paradoxe:

  • Si nous ne suivons pas les valeurs que la société prescrit, nous nous sentons exclus.
  • Mais si vous n'adoptez pas ces valeurs et qu'aucelles contredisent ce que nous sommes, nous ressentons un malaise…

Il n'y a donc pas pas surprenant que nous cherchions de fausses justifications (dissonance cognitive) pour nous soulager de cette contradiction!

Mais seuls le respect, la connaissance de soi et la compréhension de ce mécanisme peuvent nous sortir de cette impasse.

Comment le processus progressif de l’incohérence identitaire se développe-t-il?

Depuis notre plus jeune âge, nous avons commencé à définir ce qui est bien et ce qui est mal; c’est ainsi que nous construisons notre système de valeurs.

Lorsque nous nous comportements d’une manière qui nous contredit, nous ressentons habituellement un malaise comme de la culpabilité. Et nous voulons réparer au plus vite à cet état désagréable.

Pour illustrer la manière dont s’expriment nos valeurs à travers notre identité, voici un double exemple.

Danielle L’exemple édifiant

Danielle est une femme qui a obtenu une identité cohérente et équilibrée.

N’étant cependant pas parfaite, comme tout être humain, il lui arrive d’être désagréable avec les autres.

Heureusement, Danielle reconnaît ses torts avec une certaine facilité.

Plus pourquoi?

Lorsque Danielle agit d'une manière qui contredit ses valeurs personnelles, elle se sent fautive et prend les mesures prévues pour se faire pardonner.

Elle ne veut pas répéter des attitudes qui sont aussi nuisibles à elle-même qu'aux autres autres.

Dans agissant de la sorte, Danielle rétablit la cohérence de son identité en fonction de ses valeurs.

L’exemple (beaucoup moins) édifiant de Denis

De son côté, l’identité de Denis est beaucoup moins équilibrée. Ainsi, il tend davantage à légitimer ses actions même si elles sont répréhensibles.

Pour se justifier, Denis a un recours à plusieurs distorsions cognitives.

Voici quelques exemples de la mauvaise tournure que vous comprenez:

  • Denis a minimisé la portée du mal qui se fait aux autres: «Ce n'est pas si grave, elle va t'en remettre…»
  • Il justifie ses paroles et ses actes: «De toute manière, elle est bien cherchée! »
  • Il donne de la valeur à ses paroles et à ses actes: «Il est normal d’écraser les autres. C’est comme ça que vivent les gens aujourd’hui. Seuls les plus forts gagnent! »

Comme dans le cas de Denis, j'ai remarqué que je déformais souvent la réalité de manière à sauvegarder sa cohérence.

Il nous arrive fréquemment de réagir aux événements difficiles sans nous préoccuper des conséquences ni essayer de résoudre nos problèmes.

Loin de nous serve, cette attitude fait souvent empirer la situation dans suscitant de l’agressivité, ce qui heurte les autres.

En bout de course, tout le monde souffre et personne et comprenez ce qui s'est passé!

L’art de jeter de l’huile sur le feu…

Il semble parfois que nous soyons passés maîtres dans l’art de faire empirer les choses.

C’est que l’incohérence de notre identité nous plonge dans un état paradoxal qui multiplie les contradictions.

Un aigre sentiment de malaise s'installe sans que nous arrivions à identifier le processus destructeur qui est à l'œuvre.

Notre attitude nous nuit, mais nous nous et accrochons pour sauvegarder les conflits identitaires qui n'engendrent pas

Ainsi, à force de dissonance cognitive, des attitudes néfastes et une fausse vision de soi s’installent progressivement en nous.

Voici ce processus déroule:

  • Nous dérogeons d’abord une première fois à nos valeurs;
  • Ensuite, pour réduire le déséquilibre causé par cette première transgression, nous modifions sensiblement le sens des valeurs qui sont touchées;
  • Il suffit alors que nous répétions ces deux étapes plusieurs fois pour que notre identité change profondément et intègre des conflits.
  • Nous nous enfonçons ainsi dans nos contradictions sans même en prendre conscience et l’incohérence identitaire s’installe.

Ce processus est d’ailleurs à l’œuvre lorsqu’un ex-fumeur recommence à fumer après s’être permis de fumer une seule cigarette.

Dissonance cognitive est une réaction de défense, voiture elle vise à nous soulager de la souffrance that conflits identitaires occasionnent.

Cette réaction de défense implique également d'autres distorsions cognitives. Exemple paire, nous retenons surtout les informations qui semblent nous confirmer les croyances associées à nous conflits, ce qui les renforce.

Tout doucement, notre identité change et intègre nos conflits de façon durable.

Et c'est de cette manière que nous pervertissons progressivement contenus dans notre identité.

Les conflits, qui est basé sur nous-mêmes, deviennent plus difficiles à reconnaître et il est donc encore plus difficile de nous en libérer.

Plus les conflits sont importants, plus nous les défendonsC'est pourquoi don Lieu à un cercle vicieux où succèdent les attitudes inadaptées et la souffrance personnelle.

Cette incohérence identitaire n’est pas sans avoir des conséquences néfastes, comme le manque d’heure de soi, l’égocentrisme, l’agressivité, l’orgueil et la surestime…

J'ai identifié une ballottée pour les conflits demeure indéfinie, c'est pourquoi elle est plus sensible aux influences extérieures.

Mais nous pouvons heureusement et faire quelque chose!

Dans le soustraire de cet article, je vais vous présenter des outils psychologiques qui vous aident à améliorer l'équilibre de votre identité.

Comment remédier à l’incohérence identitaire?

Il n'y a pas suffisamment d'identifier les limites psychologiques inhérentes à notre identité.

Encore faut-il connaître des stratégies qui nous permettent d’éviter leurs regrettables conséquences.

Regardons quelques-unes de ces stratégies stra de plus près.

Minimiser les écarts et les conflits entre les dimensions du soi

Notre cerveau gère sans cesse les informations qui portent sur nous-mêmes.

Nous évaluons les autres, nous interprétons les événements. Les expériences innommables de notre existence façonnent notre identité.

Malheureusement, les conflits s’intègrent insidieusement au cœur de ce processus, et nous ne vivons pas consciemment.

Comme la pointe de l’iceberg, seules leurs conséquences sont visibles.

Nous ressentons un malaise diffus et de la confusion. Il semble que l'identité du Fait Partie de Ce nous sommes, nous tendons à le préserver.

Comme nous l’avons vu précédemment, différentes façons de percevoir peuvent entrer en conflit entre les unes et les autres.

C’est ce qui l a produit que Anne-Marie fait tout pour plaire aux autres, alors qu’elle aimait aussi mètre en avant ses valeurs et ses intérêts de temps en temps.

Pour Anne-Marie comme pour nous-mêmes, une solution consiste à réduire les douloureux écarts entre nous.

À la première étape, il s’agit de reconnaître les caractéristiques des conflits et les contextes où ils se manifestent.

Vous identifiez ainsi le type de conflit dont vous ne souffrez pas.

L’étape suivante consiste à remettre en question le mécanisme pervers du conflit.

Voyons en détail comment appliquer cette stratégie:

1. Référez-vous d’abord à l’article précédent: lien vers une partie et une partie deux.

Pour savoir si vous souffrez de conflits identitaires, vous devez essayer de mieux vous connaître dans vous intéressant aux différentes facettes de vous-mêmes. Par exemple, vos aspirations vous donnent une idée de votre vision idéale de vous-mêmes.

Si deux dimensions s’opposent à l’une à l’autre, c’est peut-être que vous souffrez d’un conflit.

2. Comme vous le savez, la souffrance identitaire provient généralement d'informations peu pertinentes ou carrément fausses à votre sujet. Ces informations vous font tirer des conclusions négatives et injustifiées à votre égard.

Dans les articles précédents sur le sujet, j’ai présenté au détail ces nombreuses erreurs d’interprétation.

Sans relire tous ces articles, je vous souhaite cependant de vous référer aux listes résumées que je vous présente.

J’ai préparé ces résumés spécialement pour vous aider à identifier ces fausses conclusions sur vous-mêmes.

3. Après ces deux premières étapes, vous pouvez harmoniser consciemment les visions conflictuelles de vous-mêmes.

Mais gardez en tête que cette même initiative exige du temps et des efforts.

Voici quelques exemples de directions que vous pouvez prendre:

  • Si vous souffrez des choix que vous essayez vous imposant, vous pouvez augmenter votre autonomie face à eux.
  • Si vous poursuivez deux objectifs qui s’opposent, faites un choix et concentrez-vous seulement sur l’un d’eux à la fois.
  • Si vous aspirez à vous voir irréalisables, vous pouvez, d'une part, augmenter votre confiance en soi (vision actuelle de vous-mêmes) et, d'autre part, diminuer quelque peu l'ampleur de vos idéaux (vision idéale de vous-même) quitte à l ' augmenter plus tard de façon réaliste. Pour augmenter votre confiance en vous-même, donnez-vous des objectifs réalistes à accomplir et recadrez les conclusions fallacieuses qui vous font douter de vos capacités.

Certaines personnes attendent beaucoup de leurs initiatives et possèdent un sens aiguisé du devoir.

Ces attitudes suscitent souvent des conflits parce qu’elles nous contraignent à prendre des responsabilités qui ne sont pas toujours en accord avec ce que nous sommes.

Par exemple, si Olivier aspire à enregistrer une grosse voiture, qu'il lui dit de cesser les activités qu'il aime, il vivra un conflit.

Mais que vous est-il arrivé si vous ne saviez pas comment améliorer les choses?

Les occasions de vivre des conflits identitaires seront très nombreuses au cours de notre vie.

Un jour, parfois, à cause d'un événement particulier, un conflit devient si intense que je remarquerai que je suis entré en crise.

Selon les parties de notre, le conflit a rencontré à mal, nous devenons confus, révoltés, agressifs.

Nous faisons le vide autour de nous …

Reprenons l’exemple d’Anne-Marie et de son frère Alexis.

Puisque Anne-Marie est l’aînée, il a pensé quâelle doit toujours faire ce que ses parents lui demandent. Elle est a modèle.

Plus tard, en raison de la pression psychologique de ces responsabilités, Anne-Marie finit par sentir qu'elle n'est pas elle-même.

C’est qu’elle à intégré a conflit entre ce qu’elle connaît d’elle-même et ce que les autres veulent qu’elle soit.

Elle en est arrivée à toujours faire ce que les autres veulent, mettant de côté ce qu’elle est et ce qu’elle aimerait devenir.

Cette situation conflictuelle lui fait l'épreuve de l'insatisfaction et beaucoup de ressentiment.

Aujourd’hui, Anne-Marie vit unit la véritable crise d’identité.

Elle ne veut plus être ce que l'on attendait toujours d'elle, mais il lui est difficile de savoir ce qu'elle veut être vraiment.

Elle n’a jamais étoffé cette connaissance d’elle-même.

C’est la raison pour laquelle je parlais auparavant d’une véritable reconstruction de l’identité.

Anne-Marie doit défaire sa vision d’elle-même qui dépend essentiellement des autres pour construire ce qui relève de ce qu’elle est vraiment!

Globalement, vous pouvez réduire vos conflits identitaires et éviter la crise. Règle d’or consiste à faire correspondre la vision actuelle de vous-même à des aspirations réalistes.

Il est également constructif d ’exprimer du respect aux autres tout en modérant l'influence qu'exercent sur vous.

De cette manière, vous assurez l’équilibre de votre identité en même temps que je voterai bien-être et celui de votre entourage.

Mieux connaître

L’identité constitue la base fonctionnelle à la lallelle nous nous définissons et nous définissons notre vie.

C'est très bien pour le modificateur qu'il contient notre identité celle de simples escrocs qui ne sont pas pertinents pour le pays.

Pour ce faire, nous devons bien nous connaître!

Moins nous nous connaissons et moins nous sommes en mesure de savoir ce que nous ignorons.

Le manque d’informations s’accompagne d’un manque par points de repère, d’où l’impossibilité de mesurer l’étendue des connaissances qui nous manquent.

Cette attitude est commune, particulièrement pendant l'adolescence.

Cela correspond à ainsi dire à l’enthousiasme (ou à la crânerie) du naïf.

À l’inverse, plus nous avons de connaissances, plus nous sommes conscients de l’ampleur de notre ignorance.

Connaissances nous font réaliser l'extrême complexité du monde.

Il en va de même avec notre identité.

Mieux nous nous connaissons et plus nous savons combien nous sommes complexes.

Nous ne nous réduisons donc pas à peu de choses.

Cette connaissance de soi nous aide à contrôler les distorsions identitaires qui simplifient, généralisent et réduisent ce que nous sommes: "Je ne vaux rien", par exemple.

Dans nos sociétés de consommation, trop de personnes fuient elles-mêmes.

Elles s’étourdissent d’activités et évitent de poser des questions, de se connaître un peu mieux.

Seulement, la connaissance de soi n'est pas une mode simple.

Elle est une étape importante, voire obligée, pour quiconque désire améliorer sa vie.

Le recadrage est un outil psychologique développé en thérapie cognitive et dont j’ai parlé dans mon livre le Petit traité antidéprime.

Ce fantastique outil exige que l'on porte attention à soi-même car il nécessite une réelle connaissance de soi.

Toutes les explantions sur l’identité que j’ai proposées dans les articles précédents reliés à mon livre Qui suis-je? visent à vous aider à utiliser efficacement le recadrage.

Je vous présente des détails en commentaire comment appliquer le recadrage à votre identité dans les prochains articles. Cet outil vous souhaitez corriger vos distorsions cognitives et éviter l’incohérence.

Comme nous l’avons vu avec les distorsions identitaires, certaines croyances à notre considération sont le résultat de conclusions grossières, de raisonnements fallacieux et d’émotions négatives.

Ces distorsions développent une image très négative de nous-mêmes et sabotent notre estime de soi.

Et pire, c'est que nous accordons souvent beaucoup de crédit à ces fausses conclusions!

Ce faisant, nous intégrons à notre identité des informations qui ne servent qu'à nous renre malheureux …

Par contre, si nous connaissons nous vaut bien, nous savons quand nous agissons à la rencontre de certaines d’entre elles.

Le recadrage est acte conscient.

Il nous aide à mieux nous connaître.

L'est notre quête d'informations et identifie celles qui ne méritent pas de faire partie de notre identité.

Nous prenons conscience de nos distorsions et nous les corrigeons avant que des conflits ne se développent en nous-mêmes.

Ce filtre conscient nous aide à faire la différence entre les impressions simples et les croyances que l'on retrouve dans la région sud-américaine.

Ces nouvelles connaissances sur vous-mêmes vous seront d'une aide précieuse dans différents domaines. Voici quelques exemples:

  • Vous identifiez plus facilement vos distorsions cognitives et identitaires.
  • Vous ne donnerez pas de crédit aux conclusions rapides et abusives à votre sujet.
  • Vous agissez d'une manière de plus en plus cohérente face à ce que vous êtes vraiment (cohérence identitaire et authenticité).
  • Vous débarrasserez votre identité des conclusions erronées qui vous font souffrir (manque d'estime de soi).
  • Vous exercez un contrôle sur les informations qui s’ajoutent à votre identité, pour ne conserver que celles qui sont valides et constructives.

Et bien oui, ces améliorations ne s’imposent qu’avec le temps et quelques efforts.

Si nous désirons ardemment être heureux avec nous-mêmes, nous pouvons changer progressivement les zones de notre, j'ai identifié ce que nous faisons souffrir.

Et nous mérite tous ces efforts.

Apr tout, ne sommes-nous pas la personne la plus importante de notre vie?

Plus vous profiterez des conséquences positives de votre équilibre identitaire et plus vous serez motivés à continuer!

L’exemple de Sarah

Sarah ressasse continuellement des souvenirs pénibles. La plupart des pré-conscience du fait que les regrets sont une vision sans équivoque de d´elle-même et elle recadre la situation.

In constatant ainsi qu ’elle est à la source de ses tourments, Sarah fait aussitôt un effort pour accepter sont du passé. Elle sait qui a battu contre elle ne peut changer est contre-productif et la rend malheureuse.

Ce faisant, Sarah passe en revue les conclusions de ses distorsions identitaires qui sapent estime de soi et se soulage du poids du ressentiment et de la culpabilité qui alourdit son existence.

Quelle est la vision de soi qui entre en conflit avec une autre, il est toujours possible de modifier de manière à faire diminuer les conflits identitaires.

Si je suis sans le sou et que je donne l’objectif de devenir millionnaire, l’écart qui verra la vision actuelle de moi-même de ma vision idéale sera vertigineux.

Je serai frustré chaque fois que je constateai combien mon mais est inaccessible.

J'ai contracté, si je me souvenais en question, la porte de cet idéal, je donnerai des objectifs plus réalistes qui, progressivement, pourraient être-être d’atteindre cet objectif ambitieux.

Au moins, in attendant, mon identité ne sera plus conflictuelle et n'hypothéquera pas mon bonheur…

Personnaliser sont équilibre

Il est très important de porter attention aux problèmes qui malmènent notre identité.

Car nier ces problèmes reste le meilleur moyen pour vous divertir …

Chacun de nous doit identifier les causes de ses propres malheurs et les meilleurs moyens d’y remédier.

Grâce à vos efforts, vous voyez combine une identité équilibrée est le meilleur moyen d’assurer les bases d’un bien-être durable.

Lorsque vous vivrez avec une identité authentique, vous constaterez aussi combien il est malsain et surtout inutile d’évaluer négativement les autres.

Si nous nous demandons de notre valeur personnelle et que nous nous comparons continuellement aux autres, tout ce que nous faisons, c’est défendre une identité qui n’est pas encore menacée.

Au contraire, une identité authentique implique que nous nous estimions «gratuitement»dans reconnaissant nos qualités et en acceptant laissez-nous tomber.

Et puisque nous n'avons rien à perdre, nous apprécions également les qualités des autres quand nous ne possédions pas nous-mêmes!

A telle identité nous aide à nous concentrons sur la validité des croyances que nous utilisons pour enrichir ce que nous sommes.

J’espère que tout cœur vous aurez aidé à comprendre comment votre identité peut parfois intégrer des déséquilibres.

Au détour de ces explantions, je vous ai présenté quelques stratégies pour résoudre ces problèmes.

Mais nous n'avons pas encore j'ai approché l'attache fascinante fascinante.

Si cet article vous plait, sachez qu'il est tiré de mon livre Qui suis-je? Vous pouvez vous procurer en version ebook pour le lire en entier.

<! –

->